Lorsque le 25 décembre, sur la pointe des pieds, s'en est allé et que la grande aiguille ait fêté (c'est bien la seule d'ailleurs) mon arrivée.... je me sens désoeuvrée.....!

Je sais pourtant que je ne serais pas seule en cette période, je serais bientôt suivie  par mes compagnes d'infortune ...ces 27, 28, 29 & 30  décembre. Et c'est en notre nom que je voulais vous écrire cette petite bafouille, moi qui ne m'exprime jamais !

Coincées que nous sommes entre des monstres d'effervescence, de joies, de bonheurs et de gaietés, nous essayons, bon gré, mal gré, de trouver des raisons à nos existences.

Comme je suis un peu égoïste (mais surtout parce que je prends très à cœur mon rôle de première date sur la grille du calendrier à subir les aléas des jours passés) je commence par moi, petit 26 décembre.  Je suis en général, synonyme de récupération d'heures de repos et/ou de repas trop riches, ou alors synonyme d'heures de travail, dont les pauvres victimes s'empresseront d'oublier mon existence. D'ailleurs, celles qui m'accompagnent dans cette galère connaissent, au niveau professionnel, le même sort....on nous oublie, on nous transforme en "pot entre collègues, repas de fin d'année" ou bien on nous oublie tout simplement......pressé qu'est l'être humain d'arriver au roi de ce mois de décembre!

Heureusement certains d'entre vous, ayant peut être un peu pitié de nous (ou d'eux mêmes ???), nous autorisent à unifier leurs cieux de couleurs blanches, lorsqu'ils nous emmènent dans leurs bagages (où nous faisons connaissance avec bottes et anoraks)  braver les températures hivernales et fraterniser avec les sommets enneigés, ou bien ils nous obligent à enfiler maillot de bain et à ne pas surtout ne pas oublier notre crème solaire lorsqu'ils nous embarquent vers des continents, où le thermomètre, fier d'arborer, en cette fin de calendrier, son smoking rouge, nargue l'autre hémisphère.

SOS à la narratrice : "Pourrions nous passer nos heures dans cet autre hémisphère..l'année prochaine ?

Réponse de la narratrice : Euh, peut être un jour, si vous,  petites dates, décidiez de me donner un jour les six chiffres du loto mais jusqu'à présent, votre suite de chiffres n'étant jamais sortie, je pense qu'il faudra encore patienter .., très très longtemps !

D'une certaine façon, nous sommes heureuses d'exister, d'être là, présentes pour vous rappeler à toutes et à tous que la joie et le bonheur, mais aussi la tristesse et le chagrin, touchent chacun, chaque jour, chaque minute, chaque seconde à n'importe quel endroit de cet univers et que heureusement ou malheureusement nos cartes d'identités ne sont que des nombres, que nous n'avons pas inventés, mais que vous agraferez aux lumières ou aux ténébères de vos cœurs pour toute votre existence.

Nous, petites dates égarées sur un calendrier, n'aimerions pourtant n'être que les ailes de papillons déposant délicatement des messages d'amour et de bonheur sur les guirlandes de vos vies.

Nous, petites dates en suspension, n'aimerions être que le souffle du vent qui séchera tendrement vos larmes, le rayon de soleil qui chauffera délicatement vos cœurs, le nuage qui emportera vos soucis dans l'édredon de son lit et le rayon de lune qui veillera sur vos nuits.

Alors, avant que nous ne basculions, à nouveau, vers d'autres lendemains, vers d'autres défis et vers d'autres rêves, autorisez-nous, nous les 26, 27, 28, 29 et 30 décembre de chaque année, à exister dans vos vies et à vous souhaiter des dates qui chantent, des explosions de bonheurs, des richesses d'amour et mais surtout de partager vos joies et vos peines avec ceux qui vous aiment !

Pour qu'il vous soit doux d'accueillir le Roi de décembre avec les honneurs auxquels a droit le portier d'une aussi grande aventure que sera la nouvelle Année et dont nous sommes les  messagers.

Signé :

 les 5 oubliées de Décembre